Handicap, de quoi parle-t-on ?


 

Le handicap reste aujourd’hui encore une notion très subjective, souvent mal utilisée et presque toujours connotée de façon négative. Dans la représentation collective, il est systématiquement associé à l’image stéréotypée de la personne en fauteuil roulant ou de la canne blanche. Pourtant, selon une enquête de l’Insee, publiée en 2002(1), 12 millions de Français – soit plus d’une personne sur quatre – se déclarent victimes d’une déficience. Sur 38 millions d’actifs, près de 13 % indiquent une limitation de leur capacité de travail.

Autant dire que la notion de handicap recouvre une très grande diversité de situations. Selon la loi, le handicap se définit par « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

(1) Enquête Handicap-Incapacités-Dépendance, Résultat n° 6 INSEE, Septembre 2002.

 

(Source : AGEFIPH, Qu'est-ce que le handicap ?)